top of page
Illustration_sans_titre 3.png
03042024-DSCF5292.JPG

À propos

Pénétrer dans l’univers d'Anaïs Vindel, c’est s’engager dans une danse à la fois douce et puissante.

 

Celle d’une émotion qui s’extériorise, qui se libère, qui donne accès à une sensation de plénitude. Quoi de plus urgent, de plus nécessaire, que de pouvoir évoquer à travers son travail, des sujets liés au sensible qui planent quelque part au-delà de la vie et dont on n’ose parler ailleurs.

 

Nourrie tout au long de son enfance par la créativité de sa lignée maternelle, l’artiste pluridisciplinaire que l’on évoque aujourd’hui, s’empare de cette grâce et la détourne en jardin intérieur.

 

Le voyage, l'exploration, la reconnexion à soi.

Des paysages libres et sauvages de la Tasmanie, aux champs de lave et terres noires et rougeâtres de Lanzarote, Anaïs Vindel traduit ce qu’elle voit, vit, ressent à travers ses toiles. L’artiste associe émotion et pensées et en dessine les contours sur fond d’abstraction.

 

 Anaïs exploite le moindre détail de l'ensemble de ses terrains de jeu. Choix des bois, montage du châssis. Choix des matières, tension de la toile. Lin, coton, nappe, comme la parole, le processus est libre - en face, la réponse varie du tout au tout. L’artiste, elle, préfère la réaction du coton brut.

 

L’étude préparatoire suit un procédé similaire. La gamme chromatique est liée à une émotion, une vision, d’une percée de lumière dans la forêt aux rayons diffus d’un coucher de soleil.
‘Rien n’est plus beau que la nature’ dixit Anaïs Vindel. Sur plusieurs semaines, mais jamais plus de trois pour rester plongée dans le même état vibratoire, l’artiste recrée patiemment la palette de la nature à l’aide d’une technique qu’elle a baptisé ‘Wet & Dry’.

 

Cette technique dite ‘de la pétale’ consiste à superposer des couches d’encre sur une toile imbibée, laissée neutre par endroits puis semi-couverte à d’autres, pour renforcer la densité.

D’un broux de noix sombre à un lavis dilué, translucide et vaporeux, dans le langage du peintre il n’y qu’un pas à franchir, ou plutôt une saison à passer. Anaïs Vindel fait vivre ses toiles au rythme de la nature, aux sons de la vie.

Texte - Alexis Tuersley Bureau Lou Lou Love

22012024-DSCF4324.JPG
bottom of page